Le programme du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI)

Le CAAC est un programme engagé par le CFSI entre 2014 et 2018 dans le but de développer et financer des opérations engagées par les ONG membres du CFSI dans sur quatre continents. Ce programme a été prolongé jusqu’en 2021 afin de consolider les actions engagées.

L’ambition du CAAC est d’impulser, expérimenter des pratiques de coopération et enrichir la réflexion collective afin de lutter contre les inégalités, la pauvreté et de mettre en place des actions en faveur d’un développement durable. Le CAAC a inscrit ses orientations en cohérence avec les Objectifs du Développement Durable (ODD). 

Ce programme s’est construit autour de deux axes centraux :

  • Associer divers acteurs (la société civile et les pouvoirs publics) pour construire de véritables synergies sur les territoires à différentes échelles locales, nationales et internationales
  • Amener les acteurs impliqués à passer d’une aide d’un territoire à un autre à la mise en lumière des interdépendances.

Guinée 44 et le CAAC

Guinée 44 a été éligible à ce dispositif sur le projet Formation et Insertion socio professionnelle des jeunes ruraux.

Objectif général :

L’ambition est d’apporter une réponse à des besoins en matière de formation et d’insertion professionnelle des jeunes afin d’engager des améliorations aux conditions de vie des habitants sur un territoire. Ces changements s’inscrivent dans un processus durable d’évolution qui vise à redonner à la jeunesse espoir dans l’avenir.

Objectifs spécifiques

A/ Construire un projet de formation des jeunes avec les acteurs du territoire, la société civile, les représentants des collectivités territoriales et les services de l’Etat, et inscrire cette démarche dans les politiques publiques guinéennes. 

 Deux grandes étapes pour atteindre cet objectif :

  • Construire un partenariat de projet avec les Maisons Familiales Rurales (MFR), notamment l’Union Nationale des MFR Françaises pour la l’Education et l’Orientation et les Fédérations des MFR de Sarthe et de Mayenne) afin de mettre en synergie les compétences en matière de développement de Guinée 44 avec celles du mouvement MFR en matière de formation et de pédagogie.  Un travail qui s’est organisé en 3 phases : connaissance, complémentarité, co-construction. 
  • Construire un partenariat d’action avec les acteurs du territoire. Cette dimension s’est mise en place en 3 étapes : 
    • Sensibilisation des différents acteurs : représentants des organisations paysannes, des associations locales (adultes et jeunes), des Collectivités territoriales, des Ministères de la formation professionnelle et de la jeunesse sur l’intérêt du projet
    • Mobilisation de ces mêmes acteurs pour engager le travail de création d’une association MFR impliquant les acteurs au territoire, et créer les conditions pour former les jeunes, les motiver, trouver les terrains de stage pour l’expérimentation pratique en impliquant les pouvoirs publics et les organisations professionnelles dans la reconnaissance de cette formation
    • Réalisation de formations d’abord en direction des adultes afin d’expérimenter la pédagogie de l’alternance et vérifier la pertinence en matière de formation. 

B/ Construire, renforcer le lien de territoire à territoire afin d’identifier les interdépendances et les enjeux communs, et permettre aux jeunes de s’ouvrir au monde et aux autres.  

Pour Guinée 44, il s’agit d’inscrire cette démarche dans le cadre de ses actions de solidarité Internationale pour faire émerger des partenariats et de la solidarité entre les territoires des Pays de la Loire et ceux de la Guinée. Cela s’est concrétisé avec l’implication des Fédérations MFR de la Sarthe et de la Mayenne en lien avec deux territoires où se sont créées les associations MFR en Guinée.

Pour les MFR de la Sarthe et de la Mayenne, cela leur permet de concrétiser et d’alimenter leur projet pédagogique « Education au Monde et aux Autres » en apportant leur expérience et leur expertise dans le domaine de la pédagogie et de la formation.

Ensemble, les MFR françaises et guinéennes ont un objectif commun : Former des jeunes à un métier et les accompagner à la prise de responsabilités afin qu’ils deviennent des citoyens acteurs de changement, engagés à l’échelle locale, mais aussi des citoyens du monde.

Ensemble, elles identifient des enjeux communs entre leurs territoires : La formation des jeunes ruraux, l’avenir et le développement des territoires non seulement sur le plan économique mais aussi social et culturel. 

Le principal résultat attendu de cette implication au sein du CAAC à travers le projet de formation professionnelle est : D’inscrire cette action dans une démarche de développement local et mesurer les changements de postures et de pratiques mais aussi de : 

  • Renforcer des dynamiques collectives territoriales pour construire les changements avec la société civile et les collectivités
  • Mettre en place des formations pour les jeunes et créer les conditions de leur insertion sociale et professionnelle
  • Faire vivre un réel partenariat entre les MFR françaises et guinéennes, notamment à travers des échanges entre les membres des conseils d’administration et entre les jeunes afin de renforcer la vie associative et créer des espaces d’échanges
  • Inscrire le lien de territoire à territoire dans la construction de nos futurs projets.