La Guinée et Kindia

Située à l’Ouest du continent africain et bordée par l’Océan Atlantique et ses voisins, la Guinée-Bissau, le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Libéria et la Sierra Leone, la Guinée bénéficie d’un cadre exceptionnel.

 

Château d’eau d’Afrique de l’Ouest, riche de nombreux minerais et bénéficiant d’une nature luxuriante, la Guinée doit pourtant faire face à de nombreux défis de taille : forte pauvreté, faible espérance de vie (58 ans), difficultés d’accès aux services sociaux de base, prédominance du secteur agricole qui emploie près de 80% de la population, principale touchée par la pauvreté, etc. Le pays figure aujourd’hui parmi les plus pauvres de la planète.

Les liens qui unissent Kindia et le département de Loire-Atlantique (44) sont historiques.
Autrefois commerciales, les relations entre ces deux territoires
sont devenues des liens d’amitié et de coopération.

La Guinée 

L’Afrique compte trois Guinées, avec chacune une langue officielle différente : français, portugais et espagnol. On distingue en effet : 

  • La Guinée (245 857 km2) aussi appelée Guinée Conakry (francophone)
  • La Guinée-Bissau (36 125 km2) aussi appelée Guinée portugaise (lusophone)
  • La Guinée équatoriale (28 051 km2) aussi appelée Guinée espagnole (hispanophone).

Située à l’Ouest du continent africain et bordée par l’Océan Atlantique et ses voisins, la Guinée-Bissau, le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Libéria et la Sierra Leone, la Guinée bénéficie d’un cadre exceptionnel. Avec une superficie de 245 857 km2, le territoire de la République de Guinée représente 50% du territoire français. Le pays est divisé en quatre grandes régions : d’est en ouest, on trouve la Guinée maritime ou Basse Guinée (en bordure de l’Atlantique), la Moyenne Guinée ou le Fouta Djalon (au sud du Sénégal), la Haute Guinée (à la frontière avec le Mali) et la Guinée forestière.

 

Un pays avec de nombreux défis 

Château d’eau d’Afrique de l’Ouest, riche de nombreux minerais et bénéficiant d’une nature luxuriante, la Guinée doit pourtant faire face à de nombreux défis de taille avec55 % de sa population vivant sous le seuil de pauvreté avec un revenu moyen par habitant de 545 dollars/an : forte pauvreté, faible espérance de vie (58 ans), difficultés d’accès aux services sociaux de base, prédominance du secteur agricole qui emploie près de 80% de sa population, principale touchée par la pauvreté, etc. Le pays figure parmi aujourd’hui les plus pauvres de la planète.

12 millions d’habitants – 245 857 km2
Un pays jeune (64 % de la population a moins de 25 ans)
Des ressources naturelles importantes (bauxite, fer, or, etc.)
fort potentiel naturel (fleuves, montages, forêts, etc.)
Une prédominance du secteur agricole qui emploie 80 % de la population

Les liens qui unissent Kindia et le département de Loire-Atlantique (44) sont historiques. Autrefois commerciales, les relations entre ces deux territoires sont devenues des liens d’amitié et de coopération.

Kindia

Jardin de la Guinée

Située à 135 km de la capitale du pays Conakry, Kindia est la capitale de la région de Kindia et le chef-lieu de la préfecture. Cosmopolite, elle est peuplée en majorité de Soussous et de Peuls. De tradition agropastorale, elle est souvent qualifiée de « jardin de la Guinée » ou « cité des agrumes » et alimente les marchés urbains en produits vivriers, tubercules, fruits et légumes. Elle fut autrefois le berceau de la banane française. C’est au hangar à bananes, à Nantes, que débarquaient les cargos de marchandises en provenance de Kindia. Si à l’époque coloniale, les cultures d’exportation étaient largement développées, on cherche plutôt aujourd’hui à encourager l’auto-consommation afin de garantir la sécurité alimentaire des habitants.

Ville cosmopolite et cité carrefour

Carrefour entre la capitale et l’intérieur du pays, Kindia est une étape incontournable pour se rendre de Conakry dans le Fouta, vers le bassin du Niger et la Guinée Forestière. Ville cosmopolite, Kindia s’est enrichie au cours des siècles des apports des différentes vagues de peuplement. Grâce au partage d’une histoire commune de plusieurs siècles, le peuple guinéen s’est forgé de cette force collective et a su tisser des liens de solidarité et de vivre ensemble. Les différentes ethnies présentes dans le pays (Soussous, Peuls, Malinkés et les autres minorités) cohabitent ainsi paisiblement à Kindia.

Des chiffres clés

Superficie : 8 850 km2

Population : 181 126 habitants

Densité : 20 hab/km2

Habitants : Les Kindiakas

On marche beaucoup à pied à Kindia, de 4 à 20 km par jour.

Ville dynamique mais avec un accès difficile aux services de base

La région de Kindia possède des potentialités naturelles (sols fertiles), hydrologiques (pluies abondantes) et géologiques importantes (richesses minières dont le bauxite, la Guinée est le 2e producteur mondial, mais aussi fer, or, diamant, calcaire, etc.). Le commerce, notamment à travers le marché de Yenguéma en particulier qui est une plaque tournante entre l’échelon local, régional et national et l’artisanat (teinturières, tisserands, sculpteurs, etc.) y sont aussi bien développés. 

Eau potable : Point de ralliement ou source de conflit, la question de l’eau et avec elle l’ensemble de ses services impactent le bien-être social des individus et déterminent leur quotidien. L’accès à l’eau potable en Guinée est un enjeu fondamental de santé publique. Pourtant, une personne sur quatre n’a pas accès à l’eau potable. L’eau, c’est la vie mais aussi la première cause de mortalité en Guinée.

Assainissement : Préserver la qualité de la ressource en eau et améliorer le cadre de vie nécessitent de mettre en place un véritable assainissement de la ville. A Kindia, comme partout en Afrique, l’accroissement de la population et la gestion non planifiée du territoire sont à l’origine de nombreuses sources de pollution. Aujourd’hui encore, huit personnes sur dix n’ont pas accès à des latrines.

Education : La jeunesse de la population est une chance pour le pays et son développement, et c’est avant tout un défi éducatif. Chaque année, une majorité d’enfants sort du système scolaire sans qualification ni possibilité de poursuivre leur parcours en formation professionnelle